Du confort pour les jambes lourdes !?

Le syndrome des jambes lourdes est un mal qui touche au moins quinze millions de personnes en France et plusieurs centaines de milliers en Suisse. Les femmes, dans la proportion d’une sur deux, sont plus touchées que les hommes. Des solutions simples et naturelles existent pour vous soulager.

1 - Les jambes lourdes, un problème circulatoire

Le sang circule dans les veines en remontant vers le cœur. Lorsque les veines sont fragiles ou fonctionnent mal, le reflux s’effectue difficilement, laissant le sang stagner dans les jambes, ce qui provoque cette sensation douloureuse de jambes lourdes.

Celle-ci s’accentue lors des périodes de fortes chaleurs ou à la suite d’une station debout prolongée. Les jambes enflent, s’engourdissent, signalant ainsi une circulation sanguine perturbée. Cette sensation peut s’accompagner de fourmillements, de crampes, avec apparition de vaisseaux violacés (varicosités). Non traité, le phénomène peut s’aggraver en varices et phlébites.

Certaines personnes souffriront plus que d’autres de ce problème. La génétique, un excès de poids, une grossesse, un taux de cholestérol élevé, un manque d’activité physique ou un tabagisme prononcé sont des facteurs aggravants.

2 - Conseils d’hygiène de vie, astuces et bons réflexes pour des jambes légères

Pour le confort de vos jambes, adoptez les bons gestes :

- terminez votre douche par un jet d’eau froide sur vos jambes, matin et soir, en partant du bas des mollets et en remontant vers le haut des cuisses. La fraîcheur resserre les vaisseaux et les stimule, tout en évitant la stagnation veineuse ;
- dormez les pieds surélevés ;
- buvez au moins 1,5 l de liquide par jour ;
- portez des vêtements confortables qui ne gêneront pas le retour veineux. En cas de crise sévère, mettez des chaussettes ou des bas de contention ;
- pratiquez une activité physique régulière (marche rapide, vélo, natation, etc.) 30 min par jour ;
- massez doucement vos jambes de bas en haut, optez pour un drainage lymphatique, un palper-rouler ou, dans l’idéal, une cure thermale. Les soins anti-jambes lourdes, au ruscus, au marron d’Inde, à la vigne rouge ou encore les extraits mentholés apaisent ;
- profitez des bains de mer pour marcher dans l’eau. Un remède efficace et économique.

À l’inverse, évitez :

- l’exposition au soleil, aux fortes chaleurs (bains chauds, bronzage, saunas, épilations à la cire chaude...) ;
- le port de vêtements serrés qui compriment cuisses et mollets (bottes, vêtements, chaussettes, ceintures, etc.) ;
- les sports violents pour les jambes (jogging, tennis, step, rugby...) ;
- la position assise durant de longues heures ;
- de rester les jambes croisées.

3 - Les médecines naturelles et les compléments alimentaires pour soulager vos jambes

Les solutions naturelles s’avèrent très efficaces pour traiter les jambes lourdes.

- Voici une tisane idéale pour tonifier vos jambes : (pour une tasse) infuser 10 min 1 cuillère à soupe de feuilles de vigne rouge, d’écorce de marron d’Inde ou de cassis. Boire de 2 à 3 tasses par jour pendant 15 jours. 

Buvez du thé vert qui tonifie les parois veineuses. 

- Si vous êtes sujette à la rétention d’eau, misez sur la vitamine PP contenue dans les fruits rouges (myrtilles, framboises, cassis...)

- Adoptez les massages aux huiles essentielles. Ajoutez des huiles essentielles de cyprès, lavandin, citronnelle, romarin, thym ou ciste à une huile végétale, à raison de 4 à 5 gouttes diluées dans 20 cl d’huile.

4 - Les bienfaits des compléments alimentaires

Ces compléments alimentaires, ou veinotoniques, sont composés principalement de plantes (hamamélis, vigne rouge, extrait de raisin...). En limitant la dilatation des veines et en calmant les inflammations, ils favorisent une bonne circulation sanguine. Vous pouvez les prendre sous diverses formes : comprimés, gélules, ampoules...

Attention à l’automédication. Ces produits en vente libre nécessitent de solliciter l’avis d’un médecin, car certains sont déconseillés en cas d’hyperthyroïdie et sont contre-indiqués lors de la prise d’antidépresseurs.